Le Château de Gennevilliers

La Folle Journée, ou le Mariage de Figaro signe avant-coureur de la Révolution française.

Né en 1928, j’ai passé ma scolarité à l’école Pasteur, celle des garçons. A l’époque il y avait toujours celle des filles et celle des garçons, la mixité de l’enseignement primaire est devenue légale seulement en 1957. Avant la deuxième guerre mondiale il était obligatoire d’avoir une blouse grise ou noire dans les classes encore chauffées avec un poêle que nous devions alimenter de bois ou de charbon, aussi il nous fallait balayer souvent autour de ce poêle et dans la classe. J’ai eu de bons instituteurs, sévères mais justes. Il émanait de leur personne une telle humanité que cela nous imposait une profonde obéissance. Cela a bien changé de nos jours où la morale et le respect n’ont plus cours nulle part. Un froncement de sourcil de monsieur l’instituteur faisait immédiatement cesser le bruit des porte-plumes dans les encriers en porcelaine incrustés dans les tables en bois brut. J’en ai rempli des pages de cahiers Héraklés, Clairefontaine, et autres avec mes plumes « Sergent-major » trempées dans l’encre violette que le maître versait chaque matin dans les porcelaines. Il faut dire que j’écrivais « comme un cochon » expression très utilisée jadis mais on me disait aussi l’écriture c’est la science des ânes et cela me consolait un peu. Par contre en histoire de France je suivais bien les cours, nos instituteurs avaient acquis la pédagogie inculquée par les années d’expérience pour rendre leurs cours passionnants.

C’est pendant un de ces cours d’histoire que Monsieur Lesage en vint à nous parler du château de Gennevilliers car l’école Pasteur avait été construite à l’emplacement du parc de cet édifice.

On ne sait pas quand ni par qui il fut construit mais son histoire, pour nous commence le 20 octobre 1735 date d’achat par Charles Armand René duc de la Trémouille (1708-1741). Celui-ci, pair de France et membre de l’Académie Française, achète le château, six ans avant sa mort. Ses héritiers le revendront en 1746 au Maréchal duc de Richelieu, petit-neveu du Cardinal et capitaine des chasses royales de la garenne des Tuileries. Ce relais de chasse fut aménagé, paraît-il, à grands frais pour servir de villégiature campagnarde discrète. Vendu en 1764 par le maréchal à son fils le duc de fronsac qui le céda au comte de Vaudreuil qui y tint un salon littéraire où philosophes et scientifiques se confrontaient avec insolence aux encyclopédistes frondeurs. C’est en ces lieux que fut représenté pour la première fois le 26 septembre 1783 « Le mariage de Figaro ». La Folle Journée, ou le Mariage de Figaro est une comédie en cinq actes de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, écrite en 1778. Chef-d’œuvre du théâtre français et international, la pièce est considérée, par sa dénonciation des privilèges archaïques de la noblesse, comme l’un des signes avant-coureurs de la Révolution française. Danton dira plus tard que « cette pièce a tué la noblesse ». Louis XVI, par lettre de cachet, avait interdit sa représentation sur les scènes publiques. Pourtant c’est toute la fine fleur de la Cour qui se rendit dans le plus grand apparat à cette fête de Gennevilliers. Beaumarchais, dit-on, dut casser avec sa canne les vitres du petit théâtre où l’assemblée nombreuse « menaçait de tomber en pamoison ». Mme Vigée-Lebrun, présente lors de cette représentation, résuma ce jour historique pour Gennevilliers en écrivant que « Beaumarchais avait doublement cassé les vitres ». Il faut noter cette citation tirée de la pièce : « Sans la liberté de blâmer, il n’y a pas d’éloge flatteur ». Cette phrase a, à cette époque, une importance considérable. La liberté de parole et de critique n’est pas encore véritablement acquise. Il n’est pas permis de critiquer ni le pouvoir et ni les nobles et aristocrates. Beaumarchais est un auteur de théâtre qui écrit au siècle des Lumières, courant philosophique et artistique important qui a pour objectif de répandre les lumières et la liberté d’opinion et de religion. La citation de Beaumarchais est souvent utilisée. Cette citation se réfère bien entendu à la liberté et au sens de nos actions qui en découle.

Confisqué à la révolution, le château sera démoli au début du XXe siècle. Le nouveau collège Pasteur sera construit sur les ruines des communs qui restaient encore debout. Le bâtiment au coin de la rue Jean Jaurès et la rue Carnot est le seul vestige encore présent. Le tracé de la rue des Chevrins suit les fossés extérieurs de l’ancien parc du château.

A Gennevilliers, aujourd’hui, quel enseignant parlera à ses élèves de ce petit morceau d’histoire de notre ville ?

 

Danny GEOFFROY

Billeterie Boutique
 
Participez ! Devenez adhérent
 
Réservation de salles
 

Mot du président

Chers(es) hôtes,,

Vous venez d’y emménager, vous venez y travailler ou vous venez en visite, Gennevilliers et son Office de Tourisme Syndicat d’Initiative sont heureux de vous accueillir, dans cette Commune au nord de la Région Parisienne.

Le site de l’Office de Tourisme vous permet de faire une visite virtuelle à 360°de notre Ville.

Des champs d’épandage des égouts de Paris du 19ème au 20ème siècle, Gennevilliers est devenue une Ville moderne, solidaire et audacieuse.

  • Gennevilliers l’industrielle avec ses entreprises de très hautes technologie,
  • Gennevilliers et son port fluvial que vous pourrez visiter au cours d’une croisière sur la Seine,
  • Gennevilliers la culturelle avec son théâtre National, son conservatoire, ses bibliothèques-médiathèques et ses espaces de créations artistique et plastique,
  • Gennevilliers la sportive avec son centre nautique et de remise en forme, ses stades de rugby, de foot, d’athlétisme, de tennis, son centre équestre et ses innombrables gymnases. Toutes ces infrastructures sont reliées par la coulée verte, ses parcs de détente et de loisirs qui traversent Gennevilliers.
  • Gennevilliers la festive avec son défilé de chars trisannuel confectionnés par les Gennevillois, piloté par la Maison du Développement Culturel et toutes les manifestations organisées par les bénévoles de l’Office de Tourisme.

Notre site vous permet de trouver d’autres informations sur l’hôtellerie, la restauration, l’agenda des Associations et leurs activités.

L’Office de Tourisme, ses agents d’accueil, ses bénévoles sont à votre entière disposition pour répondre à vos besoins et vous accompagner dans votre visite de Gennevilliers.

Bon séjour et à bientôt.

Bonne visite à tous

Noel Joubert Président de l’OTSI