Les inondations de 1910

Gennevilliers inondé

« Un jour de septembre 1909, raconte mon grand-père, j’allais sur la noue qui borde mon potager pour reboucher les trous et terriers que creusent les lapins. » Il convient d’entretenir ces digues construites par les ancêtres car périodiquement, tout au long de son histoire, Gennevilliers est inondé par les eaux de la Seine malgré les talus surélevés appelés noues, construits au cours des siècles. Mais lors des grandes crues, le fleuve reprend son cours entraînant d’importants dégâts tournant au désastre comme ce fut le cas en 1740. Pourtant les hommes tiennent bon. Ils creusent un canal, le Fossé de l’Aumône, ils éloignent et surélèvent les noues existantes et construisent la digue de Gennevilliers qui ceinture la presqu’île jusqu’au pont d’Argenteuil. Pareils aux montagnards qui vivent sur les flancs d’un volcan, les gennevillois se laissaient prendre à l’apparente quiétude des saisons plus clémentes. Les bords de la Seine, où les peintres impressionnistes aiment planter leurs chevalets, deviennent des lieux de plaisance, paradis des pêcheurs et des amoureux du dimanche. Mais, en janvier 1910, après huit mois d’une pluviosité supérieure à la moyenne, viennent s’ajouter des averses violentes et prolongées. La crue est inévitable. Elle commence le 21 janvier en occupant les parties basses au Petit Gennevilliers. Mais c’est le mercredi 23 qu’elle se répand sur toute la presqu’île. Gennevilliers est presque entièrement recouvert.

Mon aïeul poursuit son récit : « je ne peux plus aller dans mes prés. Heureusement les bêtes ont été rentrées dans les étables. De plus il faut aider le boulanger à mettre au sec les sacs de farine et éteindre les fours. Les personnes isolées sont secourues par les pompiers et la troupe arrivée en renfort. On commence à évacuer les enfants, les vieillards et les bêtes vers Épinay par la voie ferrée qui, heureusement à Gennevilliers, est en talus. Les écoles sont fermées et le maire demande au général commandant les troupes l’envoi de barques et bateaux pour évacuer les enfants et les malades. De plus il faut prévoir le ravitaillement et distribuer l’eau potable. Le 29 la crue atteint son point culminant avec 30,30 mètres au pont de Clichy. A partir du 30 les eaux baissent et le 3 février, le maire M. FRERE « demande le retrait des soldats du génie dont la présence n’est plus nécessaire » Sur un peu plus de 2 000 maisons que comptent la commune, on dénombre 1 227 atteintes par les inondations, 150 évacuées, 13 écroulées. Le malheur des Gennevillois a suscité un grand courant de sympathie et de générosité publique, souscriptions, envois de dons, aides d’autres villes, des institutions ainsi que des particuliers pour le ravitaillement et l’hébergement des enfants.

Les eaux parties, le désastre apparut. « Il me faudra plusieurs jours pour vider et nettoyer ma cave et mes outils, plusieurs semaines pour nettoyer et retravailler les prés et les champs. »

On ne pouvait que contempler avec tristesse ces étendues marécageuses parsemées de débris divers.

Et mon grand-père de finir « Heureusement ce qui a sauvé Gennevilliers c’est le dévouement de tous ceux qui, jours et nuits, ont défendu la ville pied à pied : les agents communaux et des services publics, les pompiers et les gendarmes, les mariniers et les soldats, les travailleurs volontaires… Grâce à eux, des centaines de personnes ont été sauvés de la noyade. Parmi tant de défenseurs anonymes il y a eu des héros obscurs et aussi, malheureusement des victimes.

 

Danny GEOFFROY

Billeterie Boutique
 
Participez ! Devenez adhérent
 
Réservation de salles
 

Mot du président

Chers(es) hôtes,,

Vous venez d’y emménager, vous venez y travailler ou vous venez en visite, Gennevilliers et son Office de Tourisme Syndicat d’Initiative sont heureux de vous accueillir, dans cette Commune au nord de la Région Parisienne.

Le site de l’Office de Tourisme vous permet de faire une visite virtuelle à 360°de notre Ville.

Des champs d’épandage des égouts de Paris du 19ème au 20ème siècle, Gennevilliers est devenue une Ville moderne, solidaire et audacieuse.

  • Gennevilliers l’industrielle avec ses entreprises de très hautes technologie,
  • Gennevilliers et son port fluvial que vous pourrez visiter au cours d’une croisière sur la Seine,
  • Gennevilliers la culturelle avec son théâtre National, son conservatoire, ses bibliothèques-médiathèques et ses espaces de créations artistique et plastique,
  • Gennevilliers la sportive avec son centre nautique et de remise en forme, ses stades de rugby, de foot, d’athlétisme, de tennis, son centre équestre et ses innombrables gymnases. Toutes ces infrastructures sont reliées par la coulée verte, ses parcs de détente et de loisirs qui traversent Gennevilliers.
  • Gennevilliers la festive avec son défilé de chars trisannuel confectionnés par les Gennevillois, piloté par la Maison du Développement Culturel et toutes les manifestations organisées par les bénévoles de l’Office de Tourisme.

Notre site vous permet de trouver d’autres informations sur l’hôtellerie, la restauration, l’agenda des Associations et leurs activités.

L’Office de Tourisme, ses agents d’accueil, ses bénévoles sont à votre entière disposition pour répondre à vos besoins et vous accompagner dans votre visite de Gennevilliers.

Bon séjour et à bientôt.

Bonne visite à tous

Noel Joubert Président de l’OTSI