La Seine et le Moulin de Cage et JB Clément

Le temps des cerises

Enfant je passais beaucoup de temps avec mon grand-père. Renversé par une charrette il ne disposait plus de toutes ses capacités physiques. Son dos douloureux l’obligeait bien trop souvent à rester dans notre ferme. Il faut dire que mes parents maraichers avaient peu de temps à me consacrer, dans les années trente du siècle dernier il y a une grande dépression sociale. La marmite, au propre comme au figuré, était dure à remplir malgré leurs 14 heures de travail hebdomadaire. La ville de Gennevilliers était encore, à l’époque, dirigée par la bourgeoisie en place. Gennevilliers regarde donc vers l’avenir, tout en restant fidèle à ses traditions et son passé. Le soir, lors de nos veillées au coin du poêle à bois, nous n’avions pas la télé à cette époque et ce n’était pas plus mal, grand-père Georges nous racontait ses histoires de jeunesse. Mes sœurs et moi l’écoutions avec toute l’attention que nous portions aux personnes âgées.

Ce soir là il avait choisi de nous parler de la Seine ce fleuve qui a, depuis de nombreux millénaires, dessiné sa forme et son passage autour de la commune de Gennevilliers, qui l’a irriguée de ses limons pour fertiliser cette terre de culture et apporté dans son sous-sol des alluvions sablonneuses qui ferons les beaux jours des marchands de sable du 20° siècle.

Depuis plusieurs siècles la force du courant de la Seine, beaucoup plus sauvage que de nos jours, était utilisée pour faire tourner les meules des moulins installés sur ses bords. Deux moulins pendants fonctionnaient de part et d’autre de la presqu’île. Le moulin « Joly » au nord de Colombes et le moulin de « La Cage » entre l’île de Saint-Ouen et Gennevilliers. Mais en 1840 la canalisation du fleuve par des barrages a pour effet de faire monter le niveau de l’eau et d’empêcher ainsi leur fonctionnement normal. Le moulin de cage se trouvait sur la berge gennevilloise au bout de la rue du même nom et perd sa fonction de moulin pour devenir une guinguette appréciée des canotiers qui envahissent la Seine avec l’ouverture d’une gare de chemin de fer à Asnières en 1837. La famille du meunier Clément se reconvertit donc en tenancière de gargote.*

Mon grand-père était l’ami du fils de ces meuniers devenus tenanciers et il se voyait régulièrement après l’école pendant leurs jeux d’enfance bien souvent les pieds dans l’eau au moulin mais aussi souvent à écouter les poètes romantiques habitués de la guinguette. Mais parlons un peu de cet ami : il avait pour prénom Jean-Baptiste et ses fréquentations ont certainement contribué à son éducation et sa conscience humanitaire car il fut bien plus tard chansonnier montmartrois et communard dont la plus grande partie de son répertoire est aujourd’hui oubliée, excepté quelques chansons et en particulier les très célèbres « Le Temps des cerises » et « La Semaine sanglante ». Et dans un registre différent, la célèbre ronde enfantine « Dansons la capucine ». Il travaillera chez ses parents au moulin de cage, et rejoindra Paris où il côtoiera des journalistes écrivant dans des journaux socialistes, notamment « Le Cri du peuple » de Jules Vallès. En 1867, il doit se réfugier en Belgique, où il publie Le Temps des cerises. Revenu à Paris, il collabore à divers journaux d’opposition au Second Empire, tels que La Réforme de Charles Delescluze et Auguste Vermorel. Jean Baptiste Clément sera condamné pour avoir publié un journal non cautionné par l’empereur. Il proteste contre la fermeture de certains journaux d’opposition à la Commune. Combattant sur les barricades pendant la Semaine sanglante, il écrit peu après la chanson La Semaine sanglante qui dénonce la violente répression contre les communards.

Comme j’ai pu le découvrir par ses récits, Gennevilliers a eu dans son histoire des personnalités diverses passionnantes dans tous les domaines. Je vous ai déjà parlé de Fernand Raynaud ou Pierre Perret illustres habitants de la commune. Je continuerai de vous raconter d’autres connaissances, à bientôt.

Quand nous chanterons le temps des cerises,
Et gai rossignol, et merle moqueur
Seront tous en fête !
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur !
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur !

Mais il est bien court, le temps des cerises
Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d’oreilles…
Cerises d’amour aux robes pareilles,
Tombant sous la feuille en gouttes de sang…
Mais il est bien court, le temps des cerises,
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant !

Quand vous en serez au temps des cerises,
Si vous avez peur des chagrins d’amour,
Evitez les belles !
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour…
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des chagrins d’amour !

J’aimerai toujours le temps des cerises,
C’est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte !

Et dame Fortune, en m’étant offerte
Ne saurait jamais calmer ma douleur…
J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur !

Billeterie Boutique
 
Participez ! Devenez adhérent
 
Réservation de salles
 

Mot du président

Chers(es) hôtes,,

Vous venez d’y emménager, vous venez y travailler ou vous venez en visite, Gennevilliers et son Office de Tourisme Syndicat d’Initiative sont heureux de vous accueillir, dans cette Commune au nord de la Région Parisienne.

Le site de l’Office de Tourisme vous permet de faire une visite virtuelle à 360°de notre Ville.

Des champs d’épandage des égouts de Paris du 19ème au 20ème siècle, Gennevilliers est devenue une Ville moderne, solidaire et audacieuse.

  • Gennevilliers l’industrielle avec ses entreprises de très hautes technologie,
  • Gennevilliers et son port fluvial que vous pourrez visiter au cours d’une croisière sur la Seine,
  • Gennevilliers la culturelle avec son théâtre National, son conservatoire, ses bibliothèques-médiathèques et ses espaces de créations artistique et plastique,
  • Gennevilliers la sportive avec son centre nautique et de remise en forme, ses stades de rugby, de foot, d’athlétisme, de tennis, son centre équestre et ses innombrables gymnases. Toutes ces infrastructures sont reliées par la coulée verte, ses parcs de détente et de loisirs qui traversent Gennevilliers.
  • Gennevilliers la festive avec son défilé de chars trisannuel confectionnés par les Gennevillois, piloté par la Maison du Développement Culturel et toutes les manifestations organisées par les bénévoles de l’Office de Tourisme.

Notre site vous permet de trouver d’autres informations sur l’hôtellerie, la restauration, l’agenda des Associations et leurs activités.

L’Office de Tourisme, ses agents d’accueil, ses bénévoles sont à votre entière disposition pour répondre à vos besoins et vous accompagner dans votre visite de Gennevilliers.

Bon séjour et à bientôt.

Bonne visite à tous

Noel Joubert Président de l’OTSI