Patrimoine

Réhabilitation du patrimoine

Les écuries du château de Richelieu rénovées pour installer un ensemble artisanal.
« Le 36-38 rue Jean Jaurès est un symbole de la lutte contre l’habitat insalubre. », résume Anne-Laure PEREZ, adjointe au maire chargée de l’urbanisme. Aujourd’hui l’ilot est muré et les fenêtres bouchées, la cour est en friches et les murs dégorgent d’humidité.

 

Un château à Gennevilliers

En 1746, le maréchal-duc de Richelieu, petit-neveu du Cardinal, achète un domaine à Gennevilliers et y fait construire une grande demeure que Jean-Nicolas Servandoni, architecte florentin, transforme en château. Richelieu est un personnage important du royaume et le Roi lui-même participe à des parties de chasse dans la propriété. De somptueuses fêtes y sont organisées, ce lieu devient un des rendez-vous galants de la cour de Louis XV. En 1787, le château appartient au duc d’Orléans, futur Philippe Egalité, avant de passer entre diverses mains. En 1902, la Ville rachète le château pour réaliser une école. Les anciens communs du château sont encore visibles à l’angle des rues Carnot et Jean-Jaurès, mais le reste est détruit en 1998 pour la construction du nouveau collège Pasteur.

Un grand parc rectangulaire à l’anglaise, une orangerie, un kiosque, une grotte artificielle abritant une glacière et une grande pièce d’eau agrémentent la propriété du maréchal-duc de Richelieu. En 1752, un temple circulaire, détruit au début du XXe siècle, est édifié au-dessus de la glacière. Le peintre Boucher a décoré les panneaux du belvédère, et sur le dôme de ce pavillon, dédié à la déesse Aurore, se dresse un Mercure doré. La première représentation publique de la pièce de Beaumarchais, « Le Mariage de Figaro », a lieu dans le château de Gennevilliers. Jouée le 26 septembre 1783, elle annonce la Révolution évoquant les idées nouvelles de justice et de liberté.

http://www.gennevilliers-tourisme.com/chroniques-pere-gegene-le-chateau-de-gennevilliers.html

AOUT 2017 L’opération de curage de ce site du 18e siècle s’achève. Bonne nouvelle, des pièces d’architecture et des matériaux d’origine peuvent être sauvés et réutilisées.

Aujourd’hui, les murs sont lépreux, la cour en fiche, les étages ont des airs de champ de mines tant le plancher est pourri : le moindre pas peut vous entraîner un étage plus bas. Une couverture de survie froissée témoigne de la présence de squatters… Pourtant, ce bâtiment à l’angle des rues Jean-Jaurès et Carnot, à Gennevilliers, est une pépite d’histoire locale. Ce sont les anciennes écuries de Richelieu(NDLR : le duc, pas le cardinal) qui vont servir de base à la création d’un pôle d’artisanat.

Depuis janvier une équipe pilotée par Jean-Marc Aliotti et Frédéric Martorello, tous deux architectes du patrimoine, procède au curage de l’ensemble. « Pas à la démolition », précise d’emblée le premier. L’opération consiste à enlever et démonter tout ce qui peut l’être. Ensuite, les experts examinent les pièces et les matériaux d’origine et décident s’ils peuvent ou non être conservés. Ce site est ce qui reste du château de Gennevilliers bâti au 18e, à partir de 1 760.

Au fil des décennies et des siècles le vaste château a été grignoté, démembré et les dernières dépendances ont fini en logements délabrés. Le « 36-38 Jean-jaurès » était devenu le symbole de la lutte de la ville contre l’habitat insalubre. En guerre ouverte contre le dernier propriétaire, la municipalité avait finalement muré l’ensemble et racheté tous les appartements en 2015. « Le moindre espace était utilisé par ce marchand de sommeil », gronde Anne-Laure Perez, maire adjointe chargée de l’urbanisme.

Les anciennes écuries Richelieu seront transformées en hôtel d’artisan. Ici Anne-Laure Perez, maire adjointe, Jean-Marc Aliotti (avec la bandoulière) et Frédéric Martorello (avec les lunettes) tous deux architectes du patrimoine. LP/O.B.

L’idée d’un réaménagement est plus ancienne mais le site étant classé, le moindre coup de pioche implique l’autorisation de Bâtiments de France. Et le curage commencé en début d’année a tenu ses promesses. « Les tuiles dont certaines ont 150 à 250 ans sont en bon état. Elles étaient façonnées à la main », détaille Frédéric Martorello. Les corniches et la charpente peuvent aussi être préservées tout comme certaines peintures ou ferrures. Comme souvent, il faut gratter et creuser pour qu’apparaissent les vestiges sous la gangue de pourriture.

Depuis l’étage, la charpente en bois, massive presque imputrescible, impose le respect. Et c’est même une des urgences actuelles. « Il nous a fallu beaucoup étayer l’ensemble, indique Jean-Marc Aliotti. La charpente est trop lourde pour le reste du bâtiment comme les murs. L’équilibre est extrêmement précaire. » Il va falloir présent de déposer la toiture et renforcer la structure pour supporter la charpente en installant juste en dessous des sortes de cadres rigides ressemblant vaguement à des buts de foot. « Le site est très vulnérable au vent et aux tempêtes, insiste Frédéric Martorello. L’hiver, le risque d’effondrement sera bien réel. On doit tout avoir sécurisé d’ici novembre. »

Billeterie Boutique
 
Participez ! Devenez adhérent
 
Réservation de salles
 

Mot du président

Mesdames, Messieurs, Chers Amis visiteurs,

Vous habitez, vous travaillez ou vous souhaitez venir à gennevilliers, le site officiel de l'Office de Tourisme Syndicat d'Initiative sur lequel vous venez d'accéder, s’adresse à vous. Il a pour vocation :

  • -De situer Gennevilliers par rapport à Paris et l'Ile-de-France
  • -De découvrir cette cité ouvrière au passé historique et industriel riche
  • -De présenter ce que notre Ville offre sur le plan festif, culturel et sportif au service de sa population et de ses visiteurs.
  • -De connaitre l’historique rapide de Gennevilliers
  • -De mettre à votre disposition les conseils de son agenda multi-activités remis régulièrement à jour
  • -De vous informer de ses possibilités de restauration et d’hébergements,
  • -De proposer ses services de reservation de salles, de billetterie et de téléchargement de documents.
  • -Enfin de faire découvrir une ville sans cesse en mouvement tant sur le plan culturel, sportif que social.

Tous ces lieux sont repertoriés, classés par catégories d’intéréts et localisés à l’aide de notre outil informatique 360° facile à naviguer aidé par son plan de ville interactif, et son repertoire de numéros téléphoniques utiles.
Sachez que le conseil d’administration de l’OTSI est composé d’une vingtaine de bénévoles, totalement indépendants, qui se dépensent sans compter au fil des événements que l’association gére au fil de l’année. Ils feront le maximum pour répondre à vos attentes.

Bonne visite à tous

Pierre Kerbastard Président de l'OTSI de Gennevilliers